News

22 juillet 2015
|

Faire une bonne app pour robot humanoïde : les bases

Voici le premier article d’une série sur la création d’application pour robot humanoïde ! L’idée est que vous, développeurs, puissiez grappiller quelques astuces issues de nos retours d’expériences, de nos réflexions et des différents points de vues de nos experts.

Alors comme c’est le premier, revoyons les bases avec quatre questions à se poser lorsque l’on conçoit son application.

Qui va utiliser le robot sur lequel tourne mon application ?

Le robot est un outil au service de l’homme. Oui, mais lequel ? Définir le ou les utilisateurs permet de réaliser une application adaptée. Forcément, l’utilisateur n’est pas nécessairement le commanditaire de l’application, ni même vous.

Simple ? Oui, mais à garder précieusement en tête à chaque instant pour éviter ce genre de désagrément bien connu dans la définition de l’UX (User Expérience) VS le design :

design-paths
Une fois cet utilisateur défini, il vous faut identifier le plus précisément possible ses caractéristiques et son contexte d’utilisation (nombre de personnes, ambiance sonore, intensité lumineuse, durée d’utilisation,…). Bref, vous devez vous projeter et vous mettre à la place de cet utilisateur. Sinon, vous risquez de réaliser une application qui ne sera pas adaptée à ses usages et qui ne sera donc pas utilisée.

Ces caractéristiques vont impacter toute votre application. Par exemple : si les utilisateurs sont des enfants, vous allez devoir adapter, entre autres, le discours, les interactions, le débit et le ton de la voix du robot.

The importance of taking in account the(1)

Une application pourquoi faire ? Quel est l’objectif ?

Que ce soit de la simple distraction ou une réponse à un besoin concret, vous devez maîtriser l’objectif de votre application. Sans objectif, une application manque de pertinence et risque, encore une fois, de ne pas être utilisée. Bien sûr, il reste le plaisir de la programmation, mais l’utilité finale ne sera pas au rendez-vous.

Mais attention, il vaut mieux une application qui réponde bien à un seul objectif simple que d’avoir trop d’objectifs et dérouter l’utilisateur ou encore perdre son attention.

Par exemple : une bonne définition d’objectif est “réaliser la démonstration d’un produit dans un magasin” ou encore “apprendre les couleurs en s’amusant”. Cela vous permet de donner une direction à votre projet de développement et de rester focaliser.

Comment atteindre cet objectif ?

Maintenant que vous avez déterminé l’objectif de votre application, vous devez élaborer son scénario en prenant en compte les besoins et les caractéristiques de votre utilisateur.

Ce scénario doit être le plus précis possible car il définit le déroulé de l’application en précisant l’animation du robot, l’ambiance sonore, le ton du robot, l’interaction, qui dit quoi, etc.

Tentez d’imaginer comment l’application va être utilisée et les réactions possibles de l’utilisateur. Déterminez notamment le comportement du robot en cas « d’échec ». L’expérience doit rester positive pour l’utilisateur. Les moments où l’interaction ne se déroule pas idéalement doivent donc être gérés. Par exemple, si le robot ne comprend pas la réponse à une de ses questions, il peut la reposer en guidant un peu plus l’utilisateur. De la même façon, il faut toujours prévoir une sortie pour que le scénario ne reste pas « bloqué ». Par exemple, si le robot n’entend pas de réponse, il peut proposer son propre avis sur la question ! L’humour et les pirouettes de rattrapage sont de formidables outils qui permettent non seulement de créer une personnalité à son robot, mais aussi d’améliorer l’acceptation de ses petites défaillances.

Réfléchissez aussi à l’environnement de votre robot et définissez son comportement en fonction de facteurs externes tels que le nombre de personnes autour de lui, ou encore le moment de la journée. Créer une application qui s’adapte au contexte participe à la qualité de l’expérience utilisateur.

Enfin, cherchez à limiter au maximum le nombre de mots afin d’éviter de perdre l’attention de l’utilisateur. Aussi, vous devez travailler le discours du robot pour qu’il soit court et percutant.

Comment améliorer l’application ?

Une fois que l’application a été conçue, développée et déboguée, il faut la tester ! Les personnes qui vont réaliser ces tests doivent correspondre à l’utilisateur que vous avez défini. Cela va vous permettre de mettre en lumière des points d’amélioration face à une utilisation plus concrète.

Cette première phase d’amélioration est indispensable, mais elle n’est pas suffisante. A l’usage, les utilisateurs auront des comportements ou des réactions auxquelles vous n’aurez pas pensé pendant la conception. Il est donc important d’avoir une démarche d’amélioration continue qui permette d’intégrer les retours d’expérience des utilisateurs dans les prochaines versions de votre application.

Il y a également un sujet sur lequel vous allez devoir trancher. Votre application est faite et bien testée. Elle est robuste et remplit son objectif. A l’usage vous aurez constaté que la plupart des utilisateurs comprennent le sens de ce qu’ils viennent de vivre avec le robot grâce à votre application. Mais ils ont d’autres attentes et peuvent ressentir de la frustration de ne pas avoir vécu ce à quoi ils s’attendaient. Ces attentes sont plus personnelles et liées au référentiel culturel de chacun. Alors la question se posera : dois-je intégrer également des comportements pour “plaire” ou “séduire” toutes les catégories d’utilisateurs ? ou dois-je me tenir au rôle qui est défini ?

Chez Hoomano, nous testons, nous mesurons et nous analysons. Si les retours sont positifs pour le contexte du projet, on fonce !

Et enfin, n’oubliez pas : amusez-vous !



0 Comments


Leave a Reply