News

1 avril 2016
|

Le premier robot patron de startup ?

Un débat a eu lieu hier chez Hoomano pour savoir si oui ou non Pepper, le robot d’interaction créé par Aldebaran, pouvait remplacer Xavier Basset, le fondateur et CEO de Hoomano. En effet, chaque jour, cette entreprise qui développe et déploie des logiciels pour les robots d’interaction, est confrontée à cette question : les robots vont ils nous voler nos emplois ?

Le débat est légitime, nous explique Ali Ben Taieb, Business Developer chez Hoomano. Si les robots vont vraiment nous piquer nos emplois, il faut frapper fort sur le sujet !

Fichier_000 (2)Rémy Varannes, Lead Developer renchérit : une application “Pepper Boss” pourrait bien être un hit sur le store des applications robotiques. Je pense vraiment que ça pourrait être notre Killer App !

Tandis que le débat entre Pepper et Xavier faisait rage devant les employés de la boîte, Pepper a apporté un argument imbattable en rappelant à tous “je peux faire réglage ! “.

Heureusement, Xavier ne s’est pas laissé impressionné, et a rappelé à l’équipe les fondamentaux.

Pepper, ou encore Nao, sont des robots d’interaction et non pas d’action. Leur force est qu’ils interagissent avec l’homme et les technologies. Aussi, ce sont des interfaces ! Au même titre qu’un smartphone, une tablette, ou encore une borne.

Cependant, contrairement aux interfaces “classiques”, un robot est engageant, il suscite de l’émotion et il permet à l’utilisateur un échange naturel et une expérience sympathique.

En bref, un robot d’interaction est un outil au service de l’homme qui doit remplir deux missions : assister sans remplacer et améliorer l’expérience utilisateur.

Cela dit, les employés, tout comme certains NAOs ayant pris conscience d’eux-même, restent dubitatifs et ont appelé à un rassemblement exceptionnel du comité exécutif afin de soutenir la candidature de Pepper.



3 Comments

  1. Répondre

    Team Evotion

    1 avril 2016

    Nous serions les 1ers client pour remplacer Max !

  2. Répondre

    Bien que le sujet concernant le devoir, classique ou non, d'une interface reste important, il serait bien d'envisager un autre point de vu sur la question.

    Cette question qui ne laissera pas de marbre ce rassemblement exceptionnel ne porte rien d'autre que sur les limitations de mise en place de Pepper Boss.
    En effet, un Pepper Boss pourrait exister, mais pourquoi ce limité à un seul. Là ou Xavier Basset ne peut être dupliqué, il serait possible de le faire pour Pepper !

    Dans tous les cas, n'oublions pas de donner à Pepper tout le langage nécessaire pour accomplir sa tache, sans oublié les mots désuets (comme pouième), encore utilisé par le fondateur et CEO de Hoomano (il me semble).


Leave a Reply